Un parking sous la Place du Jeu de Balle

Lors du Conseil Communal de ce lundi 17 novembre 2014 j’ai eu l’occasion d’interroger l’échevine du Commerce, Marion Lemesre, MR, sur ce qui m’est apparue comme une volte face assez incroyable. En effet, en lisant la revue des amis du vieux marché j’avais appris qu’en date du 4 mai, l’échevine annonçait : « en aucun cas la possibilité de créer un parking Place du Jeu de Balle, n’a été évoquée au collège des échevins ! Cet endroit, territoire communal, est entièrement de la compétence de la Ville, aucune autorité n’a le pouvoir d’y réaliser des travaux sans son accord ».
Or la décision a été annoncée par le Collège, le 7 novembre dernier, un des 4 nouveaux parkings projetés par la Ville serait localisé sous la Place du Jeu de Balle.

L’échevine a confirmé cette information, mais n’a pu donner aucune explication quant à la concertation avec les commerçants et les riverains. Selon le Bourgmestre ceux-ci « seraient demandeurs ». Quant aux travaux, leur durée et leur impact sur le marché, à part la proposition de localisation « provisoire » devant l’église de la Chapelle, silence radio.

Personne n’est pourtant dupe des dégâts qu’un tel projet peut causer à un quartier : 1 ou 2 années de chantier, la création de trémies d’accès au parking, l’hypothèse d’un changement de sens de circulation des rues Blaes et Haute et la conséquence de ce changement de sens pour les ambulances et les bus qui y passent aujourd’hui ; l’abattage des arbres. Les rues déjà congestionnées du quartier risquent de l’être encore plus par l’effet aspirant d’un parking.

Cette politique d’un autre temps, celui où la voiture était considérée comme le mode de déplacement à privilégier, n’est pas durable. Aujourd’hui, les autres modes de transport trouvent également leur place. Des solutions sont possibles, savez-vous que les parkings dans le Pentagone ne sont remplis qu’à 60% de leur capacité. Leurs horaires sont trop restrictifs, leurs tarifs ne sont pas assez attractifs (on paie l’heure entamée), ils ne sont pas assez balisés et l’on ne s’y sent pas assez en sécurité. C’est à cela que le Collège devrait s’atteler en négociant les concessions avec les exploitants des nombreux parkings existants, plutôt que de se lancer dans des travaux coûteux qui risquent de perturber durablement les quartiers.

L’échevine a pourtant apporté son soutien à cette décision de construire un parking sous la Place en indiquant que les échoppiers pourraient garer leurs véhicules et que cela attirerait une population à plus haut pouvoir d’achat dans le quartier. Mais qui paiera cette location: les échoppiers, l’exploitant ou la Ville?

15 Responses

  1. Viktor Rousseau

    Le Collège de la Ville de Bruxelles doit abandonner le parking Place du Jeu de Balle

    Cette actu a été écrite par Xavier, le 18 novembre 2014
    Ecolo-Groen demande l’abandon par le Collège de la Ville de Bruxelles de la construction d’un parking sous la Place du Jeu de Balle !

    Interrogée hier au conseil communal de la Ville de Bruxelles, par Marie Nagy, cheffe de groupe Ecolo-Groen, l’échevine du Commerce, Marion Lemesre a confirmé le projet du Collège PS/MR/Vld/Spa de construire un parking souterrain sous la Place du jeu de Balle.

    Pour Marie Nagy « Cette place historique, bien connue des Bruxellois, qui abrite le marché aux puces, risque ainsi, non seulement d’être défigurée mais le marché et son activité risquent d’être perturbés par 1 à 2 ans de chantier».

    Bart Dhondt, conseiller communal, s’interroge « quelle est la crédibilité de cette majorité, si l’échevine du commerce s’engage le 4 mai 2014 à ce qu’il n’y ait pas de parking et défend aujourd’hui ce même parking ».

    Ce nouveau parking souterrain fera l’objet d’un partenariat public privé pour la conception, la réalisation et l’exploitation d’un parking d’environ 400 places sera présenté au Conseil Communal le lundi 1er décembre.

    Marie Nagy « déplore le manque de concertation avec les habitants et les commerçants. « Selon le Bourgmestre une demande existe, mais selon les commerçants et riverains, il n’y a eu aucune concertation à ce sujet ».

    « La délocalisation du marché proposée par Marion Lemesre, que ce soit près de la Chapelle ou derrière la caserne de pompiers, montre à quel point elle ne connaît pas la réalité des marchands. » déplore Liesbet Temmerman, conseillère communale.

    D’autres question se posent : l’abatage des arbres sur la place, la modification des sens de circulation rue Blaes et rue Haute, avec les conséquences sur les ambulances et les bus , l’existence d’un « bunker » sous la place etc.

    Pour Ecolo- Groen le Collège de la Ville de Bruxelles doit abandonner son projet.

    Des solutions existent aux problèmes de stationnement, le parking de la Porte de Halle est sous utilisé, les tarifs ne sont pas attractifs et son aménagement peut être amélioré.

    Marie Nagy-Cheffe de groupe Ecolo-Groen 0475317107
    Bart Dhondt Conseiller communal 0484402690
    Liesbet Temmerman 0478416603

  2. Viktor Rousseau

    Boulevards centraux : la piétonnisation alliée à un mini-ring n’est pas la solution

    Plusieurs comités d’habitants, commerçants et associations (ARAU, BRAL, IEB, Comité de quartier Notre-Dame-Aux-Neiges, Comité de défense des habitants de Bruxelles-Centre, Comité Saint-Géry) se réunissent dans une nouvelle plateforme : Platform Pentagone. Le but de cette plateforme est de rassembler les critiques constructives qui s’élèvent face à la vision dépassée de la Ville de Bruxelles concernant l’avenir du Pentagone. Les membres de la plateforme appellent comités, associations, commerçants et habitants à souscrire aux 12 revendications ci-dessous afin de jeter les bases d’un avenir plus ambitieux et plus respectueux de l’environnement pour le centre de Bruxelles.

    Les signataires demandent à la Ville de Bruxelles de prendre en compte ces revendications :

    1. Avant toute chose et pour permettre une participation effective, le Master Plan et le Plan de Mobilité doivent être rendus publics.

    2. OUI à une vraie participation dans tous les plans et de la transparence dans toutes les décisions prises, pour améliorer les plans, avant la sanction des élections.

    3. OUI à un Plan de mobilité concret et conforme aux objectifs régionaux pour tout le Pentagone pour réduire le nombre et la vitesse des véhicules individuels.

    4. OUI à la suppression du trafic de transit dans tout le Pentagone. Nous voulons moins de voitures, partout et tout le temps.

    5. OUI aux bus et trams en site propre dans tout le centre-ville, y compris le soir et le week-end. Quelles sont les propositions de la STIB ?

    6. OUI à l’accessibilité sûre et confortable du Pentagone pour les cyclistes.

    7. OUI à l’amélioration des conditions de santé des habitants et des usagers du centre-ville : moins de voitures, moins de pollution, moins de bruit.

    8. OUI à un centre-ville avec plus de verdure, de petits équipements publics (poubelles, toilettes gratuites, plaines de jeux, etc.) et de l’air plus pur pour les habitants et usagers.

    9. NON à une nouvelle petite ceinture (mini-ring) dans le Pentagone.

    10. NON aux nouveaux parkings (souterrains et hors voirie) destinés à faire venir les usagers en voiture Comme prévu par les plans, il faut en construire à l’extérieur de la Région.

    11. NON aux effets secondaires (non étudiés) de la piétonisation sur les habitants de la zone tampon, entre le mini-ring et la petite ceinture. Tout le Pentagone doit être interdit au trafic de transit.

    12. NON aux espaces publics prioritairement destinés aux événements, à l’Horeca et au tourisme, sources de bruit pour les habitants.

    Les habitants, commerçants et associations du centre-ville attendent depuis 1998 que la Ville réaménage les boulevards du centre.

    La Ville a préparé un Master Plan (aménagement de l’espace public entre De Brouckère et Fontainas) et un Plan de Mobilité (plan de circulation dans le centre-ville) qui ne sont pas publics, ce qui est contraire à la Directive européenne qui impose que « l’avis des habitants soit globalement pris en considération » à partir du moment où un plan est « susceptible d’incidences notables sur l’environnement ». La Ville organise actuellement un semblant de participation. Le plan de mobilité sera présenté aujourd’hui au conseil communal.

    La presse a fait état des principes de réaménagement du Master Plan qui reposent sur la piétonisation, sélective, d’une vaste zone centrale dédiée principalement au commerce et au tourisme.

    Le Plan de circulation, lui, prévoit une « boucle de desserte » de deux voies à sens unique (sic) qui passerait par les rues (habitées) de Laeken, Van Artevelde, des Six-Jetons, des Alexiens, du Fossé-aux-Loups, du Lombard et de l’Écuyer.

    Source : soirée d’information du 26 mars 2014
    Cette boucle de desserte vise à « amener le trafic de destination vers les parkings publics ». Le Pentagone et ses abords immédiats comptent déjà 34 parkings publics pour un total de près de 20 000 places, un des plus hauts ratios d’Europe. L’échevine de la Mobilité, des Travaux Publics et du Parc automobile, Els Ampe, a annoncé vendredi 7 novembre le lancement d’un appel d’offre au privé pour construire 4 nouveaux parkings (place du Nouveau Marché aux Grains, place du Jeu de Balle, place de l’Yser, place Rouppe) et une extension du parking Poelaert baptisée Sablon-Marolles, pour un total d’environ 1 600 places qui s’ajouteraient aux 847 enterrées sous le probable futur immeuble de la Ville, bien nommé « parking 58 ». Bienvenue dans la ville durable !

    Cette boucle de desserte rappelle furieusement le mini-ring dessiné dans les plans du Groupe Teknhè (1962). Le plan de la Ville prévoit certes la réduction de 30% du trafic de transit dans la zone mais il repose sur le renforcement de l’accessibilité automobile via les parkings souterrains existants et projetés. Le projet comporte le risque de rendre invivable le Pentagone entre ce mini-ring et la Petite ceinture, aux abords de laquelle les Bruxellois souffrent déjà beaucoup.

    La Ville a déjà mis tout le Pentagone, sauf les boulevards du centre, en zone 30. Elle ne la fait pas respecter car la voiture reste prioritaire. Le projet n’augure pas d’un changement d’attitude car il reste orienté « voitures » du fait de l’effet d‘aspiration des parkings. C’est une vision dépassée de la ville. De plus, il n’y a pas d’accord avec la STIB pour la desserte du centre en transports en commun. La conséquence, libérale, sera le renforcement de l’accès au centre en véhicule individuel par ce nouveau miniring, via les rues habitées, au détriment de l’habitat stable.

    Chaque Belge perd 13 mois d’espérance de vie à cause de la pollution de l’air (dont une grande partie vient des transports). L’OCDE et la Commission européenne ont épinglé à plusieurs reprises la Belgique pour son laxisme en la matière et le dépassement régulier des seuils de polluants. La piétonisation ne résout rien car elle s’accompagne du renforcement de l’attractivité du Pentagone en voiture, toute l’année, à toute heure, depuis tout le pays. Les soussignés dénoncent les effets pervers de cette approche pour les habitants, et en particulier pour la réserve d’Indiens qui sera coincée entre le mini ring et la petite ceinture, qui verra s’amplifier les événements, le trafic et les nuisances y afférentes, rendues plus intenses par le renforcement de l’accessibilité automobile.

    Vous voulez participer à la plateforme ou signer les 12 revendications ? Envoyez vos coordonnées à platformpentagone@gmail.com.

    Contacts

    ARAU : Isabelle Pauthier, 0477/33 03 78.
    BRAL : Joost Vandenbroele, 0473/85 35 37.
    Comité de défense des habitants de Bruxelles-Centre : Jean-François Dumoulin, 0475 580 370, Arthème Gliksman, 02 217 65 82 ou Jo Struyven, 0475/30 68 77.
    IEB : Jérôme Matagne, 0485/750 421.
    Comité de quartier Notre-Dame-aux-Neiges de Bruxelles-Ville / Wijkcomité Onze-Lieve-Vrouw-ter-Sneeuw van de Stad Brussel : Marie-Anne Swartenbroekx, 02/219 81 91, 0496/40 65 85.

  3. la brocante yves

    Faire périr toutes une activité économique,afin que l on puisse se promener sur les « futur ancien boulevards »,je ne suis pas preneur.j ai entendu énormément d idioties depuis trente ans que je travaille dans ce quartier ,mais là on a tiré le gros lot.Surtout que madame Lemesre,y a travaillé comme brocanteuse afin de payer ces études.Elle sais ce que représente cette place pour certaines personnes, parmis les plus démunies.Mais c est pas pour cela que les plus nantis désertent l endroit ,au contraire,de plus en plus de commerces s installent au alentours.Ces derniers temps de plus en plus de touristes viennent se promener ,et on dit meme que c est « the place to be ». J ai l impression que chaque fois que ce quartier fonctionne bien,il y a toujours,des personnes afin de tirer vers le bas les efforts investis.Quant on dit que les commerçants sont preneurs,cette une propagande digne de l ancien bloc soviétique.Aucunes concertations,nous sommes de nouveau devant le fait accomplit.Pourquoi ne construirait t on pas un parking sous la grand place? « On en a gros »

    • Viktor Rousseau

      Les Amis du Vieux Marché
      Envoyé ce matin:
      Bonjour Madame Lemesre,
      Trois semaines après la signature de la Charte du Vieux Marché, un vent de panique , de révolte et d’indignation souffle sur la place et ses alentours.
      Il y était pourtant mentionné que :
      La ville s’engage à
      • assurer la surveillance de la place au moment du remballage afin d’empêcher les dépôts clandestins et mettre le titulaire à l’abri de poursuites injustifiées,
      • répondre au marchand avec le souci d’une pratique correcte de sa profession,
      • mettre en œuvre les moyens pour rendre l’activité des marchands agréable et cohérente avec la réalité du terrain.
      Depuis le 8 novembre de nouveaux articles paraissent quotidiennement dans la presse pour commenter les annonces de l’échevine des travaux public ou du bourgmestre, sans parler de l’opposition, d’Inter-Environnement ou de l’ARAU :
      Quelques bribes de ce fatras confus: un parking de 400 (600, 800 ?) sera construit, le marché verra son activité réduite de 50% durant 3 ans, il sera déplacé place de la Chapelle ou dans la cour de l’ancienne caserne ( ??), un commissariat de 3.000 m2 sera construit à proximité, l’échevine du commerce a fait volte-face (DH du 19-11), les travaux débuteront le 1er août 2015 pour une durée d’au moins 3 ans (les récents chantiers de l’ancienne caserne et du coin « Chez Marcel » ne rendent guère optimiste sur le respect de ces délais), les habitants et les commerçants sont demandeurs ( ???), etc…
      Notre association, porteuse de l’opinion de ses membres, se positionne, a priori, clairement contre ce projet de parking mais désire, d’abord, en avoir connaissance autrement que par des articles de presse incomplets.
      C’est pourquoi nous souhaitons vous rencontrer au plus vite et vous demandons d’appuyer nos demandes de rendez-vous auprès du bourgmestre, de l’échevine des travaux publics et de l’échevin de l’urbanisme.
      Veuillez agréer, Madame l’échevine, mes salutations les meilleures.
      PS Nous nous verrons deux fois ce 25 et ce 26 novembre, il est, peut-être, possible d’organiser une brève entrevue avant ou après ces rendez-vous prévus.
      Michel Deschuytere
      Président
      Les Amis du Vieux Marché asbl
      Rue Haute, 77 à 1000 Bruxelles
      02 511 33 74 / 0475 61 66 44 (très peu contactable par téléphone)
      info@bruegelmarolles.be

  4. chantal duval

    vous posez la question pourquoi , les parkings existants ne sont pas attractifs, et bien je suis certaine que la plupart des gens qui viennent ne connaissent pas les possibilités, aucune indication déjà que pour trouver le marché, on trouve comme cela des gens venant de la gare du midi, en thalys, perdus, vers st gilles (porte de hal de l’autre côté) cherchant la place du vieux marché, il y a un manque sérieux d’indications pour un lieu que j’ai l’impression que la ville ignore l’impact touristique, nous avons des américains , des anglais, des francais, des espagnols tout les jours…. et d’est assez marrant de voir , le nombre de personne se déplacant avec des cartes pour se retrouver, et pour voir les trésors du quartier, c’est quand même malheureux que la ville ne connait et ne fait rien pour un endroit si touristique et qui attire tant et tant de jeunes ( 30…..40..) voilà ce que je voulais vous signaler bien à vous

    • Marie

      Merci Madame, je partage totalement votre point de vue. Une signalétique touristique avait été initiée par l’ancien échevin Ecolo, Michel Van Roye, il y a déjà 15 ans et depuis plus rien.

  5. chantal duval

    surtout, que comme parking, il y a celui du boulevard, en dessous, celui de l’hopital st pierre, et je dois dire que comme ancien broc, avec une cx break, c’est un break assez long, et bien nous n’avons jamais eu de problème dans le quartier, le parking devant le palais de justice , bref, il faut voir aussi, les nombreux investissements de jeunes décideurs dans les domaines de l’horeca, des galeries d’art moderne (très pointu) dans le quartier, en dehors des commerces comme le bon repos qui ne travaille pas avec le quartier, donc je disais, le nombre de jeunes entrepreneurs, voir la cour de la caserne des pompiers, tous les commerces autour de la place , ceux de la rue du renard, et maintenant de la rue du chevreuil qui commence à revenir correct, nous sommes uniques en europe, tout les jours, n’importe quelle jour, il y a quelques choses, et bien entendu, les personnes qui parlent au nom des professionnels sur le marché n’a une idée des sommes échangées, des achats, et quoi qu’on en dise on est en tant que broc les fournisseurs des antiquaires ou marchands d’art, des rues avoisinantes, il faut regarder ce qui se passe , je me rends compte que personne en dehors de la profession ne se rends compte de l’argent qui circule et qui fait vivre beaucoup de personnes , c’est beaucoup beaucoup de travail, tout déballer, et remballer, aller chez les clients acheter et le tout sur une journée, plus tout ce qui gravite autour, les petits marchands , les galeries , les touristes très nombreux tellement que dans les bistrots ou l’horeca, le personnel parle l’anglais, l’espagnol en plus du flamand, et pour l’écologie, c’est un recyclage permanent de tout, des meubles des bibelots des vêtements, en plus pour les jeunes sans sous, ils peuvent se meubler et surtout acheter des choses utiles pour la cuisine à tout tout tout petit prix cordialement à vous

    • Marie

      Merci pour ce très beau témoignage sur la dynamique sociale, environnementale et économique de ce quartier unique de Bruxelles!

  6. Denis R.

    Que peut-on faire contre ces parkings ? (à part attendre les prochaines élections…)

    • Marie

      Merci pour vos commentaires. Effectivement une mobilisation des différents acteurs du quartier me semble importante pour savoir quels sont les besoins réels des riverains et utilisateurs et examiner les réponses possibles. Pour quoi le parking de la Porte de Halle n’est pas assez attractif? Il s’agit des tarifs, des plages horaires, de leur signalisation ou de la sécurité? La concertation est très importante pour construire des solutions durables. Je diffuse au maximum les informations dont je dispose.

  7. FOURNIER

    Surtout qu’il existe le parking de la Porte de Hal qui est distant d’environ 600 m de la place.
    En ces temps où l’on prône la marche ce n’est pas loin !!

  8. Deschuytere Michel

    Bonjour Marie,
    En temps que président des Amis du Vieux Marché je peux affirmer que depuis l’été notre échevine du commerce nous garanti qu’il n’y aura pas de parking place du Jeu de Balle!
    Les échoppiers et commerces riverains sont totalement opposé à ce projet qui n’a fait l’objet d’aucune concertation!

    En temps que président de l’Association des Commerçants du Quartier Bruegel et des Marolles je reconnais que notre plainte principale est l’absence de parkings disponibles pour nos clients et commerçants ce qui ne veut pas dire que nous marquons notre accord à ce projet pour lequel nous n’avons jamais été consulté et dont nous découvrons des bribes par la presse!
    A bientôt

    • jancen

      Bonjour,
      Le Parking est indispensable pour le quartier à condition que le marché de la Place du Jeu de Balle reste à la même place pendant toute la durée des travaux et bien après évidemment et que les travaux ne trainent pas pendant deux ans et que tout soit fait pour minimiser l’impact sur les commerces avoisinants.
      Les autorités doivent tenir compte que c’est la crise et que le chantier ne soit pas délaissé et qu’il faut créer des palissades paysagères pour occulter les engins et travaux.
      Il faut un renouveau pour notre place et pour tout le quartier.
      Le centre ville doit devenir un piétonnier .
      L’ancien Bourgmestre Monsieur François -Xavier de Donnea , Ministre d’Etat, Député, ancien Bourgmestre de la Ville de Bruxelles a présidé à la renaissance et à la rénovation de Bruxelles depuis 1995.
      C’est lui qui a décidé d’installer l’ascenseur Marollien.
      C’est lui qui a décidé la construction du parking Poelaert.
      Qui voudrait supprimer aujourd’hui l’ascenseur qui relie les Marolles au haut de la ville !
      Qui voudrait supprimer aujourd’hui le parking en sous-sol de la place Poelaert !
      PERSONNES.
      Et pourtant pratiquement tous les Marolliens étaient contre ces constructions.
      Aujourd’hui les Marolles ont besoin de ce parking de la Place du Jeu de Balle car il s’en va de l’avenir de tout un quartier .
      !!!!!!!!!! En aucun cas le marché ne peut être délocalisé pendant les travaux !!!!!!!!!!!
      Cordialement .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *