La réduction de la pression automobile sur notre Centre-Ville: un pas dans la bonne direction

Après 8 mois de test pour le plan de Circulation du Centre-Ville, le Collège a présenté au Conseil Communal du 29 février, un « bilan » sommaire et les modifications projetées pour le plan de circulation. En marge de cette actualité, Ecolo-Groen a mis en lumière le manque d’intérêt du privé pour les 4 parkings supplémentaires que Els Ampe a défendu en novembre 2014.

Soyons d’abord très clairs, il y a un réel problème de méthodologie de la part de la majorité. Le manque de transparence et même de données est évident. A la presse comme au Conseil Communal, le Collège a présenté des « power-points » assez lacunaires. Et il n’est plus du tout question de rapport d’incidence comme annoncé en janvier, avec une collecte de données et une comparaison. Associer les habitants et les commerçants au suivi, via un panel citoyen de 100 personnes par exemple, comme cela se fait à Gand où les Verts sont dans la majorité, améliorerait l’adhésion et je ne doute pas la qualité finale du projet.

Cette question fondamentale étant posée, les écologistes se réjouissent de la réduction de la pression automobile sur notre Centre-Ville. La réappropriation de l’espace public par les habitants, les familles du quartier qui occupent le boulevard est une victoire sur le « tout à la voiture ». Je me rappelle encore nos demandes répétées pour un réaménagement de l’ensemble des boulevards. Récupérer l’espace public pour les habitants, les piétons c’est aller dans le bon sens vers une ville apaisée où il fait bon vivre. La ville apaisée ne peut être celle des événements en permanence et avec des niveaux sonores qui dépassent l’acceptable. Là, il y a un enjeu important et le « projet de ville » de la coalition PS/Libéraux, est plein de contradictions. Les Verts dans la majorité ou dans l’opposition oeuvrent pour une ville habitée et au service des habitants. C’est notre priorité, celle qui nous a amené par le passé à mener des politiques fortes de la « Délégation au Développement du Pentagone » (avec les libéraux d’abord, les socialistes ensuite) des politiques intégrées d’amélioration de l’espace public, de rénovation urbaine, de construction des logements, de plantation et de promotion de la qualité commerciale. Ces politiques ont changé l’image et permis de redonner une réelle attractivité au Centre.

Le Centre est également un « cœur » économique et commercial de la ville. J’ai demandé au Bourgmestre un bilan « socio-économique » de l’évolution commerciale ; ce n’est pas à l’ordre du jour, malgré que les commerces souffrent, vont subir 730 jours de travaux et surtout la concurrence du Centre Commercial Dockx, 50.000 m2 de commerce et de cinémas à côté du Pont Van Praet.

Tout va pour le mieux ? Il y a encore des problèmes, les habitants des quartiers l’expriment, le mini-ring reporte sur les quartiers une partie de la circulation : quartier du Jardin aux Fleurs, de la rue Lepage, du Béguinage, de la rue Camusel et la liste n’est pas exhaustive. Ce n’est pas une situation acceptable.

Les utilisateurs des bus sont aussi en difficulté, l’éloignement de la desserte de l’Ouest du Pentagone est problématique, les terminus doivent se rapprocher des utilisateurs et retrouver le contact avec les stations de métro et de prémétro.

Enfin bonne nouvelle, les parkings inutiles, sont abandonnés, ah pas officiellement, pour ne pas perdre la face. Le discours catastrophique du Collège annonçant qu’il fallait construire 1600 places de parkings a donné l’impression, à tort, que dans le centre il n’y avait pas moyen de se garer. Cela a sans doute coûté cher à certains commerçants, qui ont vu leurs clients déserter.

Petit rappel il y a plus de 13000 places de parkings publics

dans le pentagone, elles sont sous-occupées (50 à 60% de leur capacité) et elles viennent de connaître 30% de baisse de fréquentation. A cela s’ajoute 12000 places en voirie. Au total donc 25000 places, auxquelles il faut ajouter les places « privées » logements, bureaux. La question des parkings ne doit pas se résoudre avec la construction de nouvelles places mais avec des changements : leur signalisation y compris le taux de places libres depuis la petite ceinture, une tarification moins chère et selon le temps réel d’occupation.

Les informations dont je dispose sur les parkings. Pour le parking dit Brigittines, celui qui devait remplacer celui de la Place du Jeu de Balle, il n’y a même pas eu d’appel à marché, il est « mort-né ». Pour Yser (les Quais) et Nouveau Marché aux Grains, les offres formelles ne correspondaient pas aux critères économiques de l’appel. Restait « Rouppe », la crainte exprimée par les commerçants de ce quartier de vivre un nouveau chantier aurait mené à son remplacement par un projet privé à réaliser rue Van Helmont ; cela donne au Vld une porte de sortie « honorable ». Les décisions formelles sur les parkings sont au point mort depuis juin 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *